L’Assemblée générale des Nations unies s’ouvre sous le signe de l’action

La « semaine de haut niveau » de l’Assemblée générale des Nations unies débute à New York ce mardi, attirant les dirigeants mondiaux à un moment où le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, appelle à une action décisive. Au cœur de l’ordre du jour figurent les objectifs de développement durable (ODD) adoptés par l’ONU en 2015.

Dès ce matin, 145 chefs d’État et de gouvernement convergent vers New York pour la semaine de « haut niveau » de l’Assemblée générale de l’ONU, marquant son retour en force après la pandémie. L’agenda met l’accent sur les préoccupations des pays en développement, abordant des enjeux cruciaux tels que la situation en Haïti, au Soudan, le possible redémarrage des pourparlers au Proche-Orient, et bien sûr, le conflit en Ukraine.

Les Objectifs de Développement Durable en Péril

Une autre préoccupation majeure concerne la revitalisation des objectifs de développement durable (ODD) que les États membres de l’ONU ont adoptés en 2015 pour bâtir un avenir plus durable d’ici 2030. Alors que de nombreuses crises frappent de plein fouet les pays les plus vulnérables, seuls 15% de ces ODD sont en bonne voie à mi-parcours, tandis que beaucoup stagnent ou régressent.

Ces 17 objectifs ambitieux avaient été fixés avec enthousiasme en 2015, dans l’espoir d’éradiquer l’extrême pauvreté en abordant ses causes profondes, telles que la faim, le manque d’accès à l’éducation, à l’eau potable et la pollution. Cependant, en 2023, la pauvreté extrême a augmenté pour la première fois en trois décennies, tandis que des crises mondiales, notamment la guerre en Ukraine et la pandémie, ont rendu ces objectifs hors de portée.

A lire aussi :  Alpha Condé en Exil : Un Soutien Inébranlable au RPG

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lancé un appel à un « plan de sauvetage » pour sauver ces objectifs cruciaux qui touchent les droits des populations et l’état de notre environnement naturel, ainsi que pour réparer des injustices historiques et promouvoir la paix durable.

Absences de Dirigeants et Engagement des États-Unis

Parmi les absences notables, le Premier ministre britannique Rishi Sunak et le président français Emmanuel Macron ne participeront pas à l’Assemblée générale, bien qu’étant membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU avec droit de veto. Cette situation suscite des interrogations, notamment sur le choix d’Emmanuel Macron de rester en France pour accueillir le roi Charles III et assister à la messe avec le pape François, malgré son discours antérieur en faveur du multilatéralisme.

La réunion se tiendra avec la présence du président américain Joe Biden, tandis que les dirigeants chinois et russes ne sont pas attendus, ce qui souligne le caractère fragmenté du monde et l’appel à des réformes dans le système global. Les États-Unis entendent occuper le terrain et se montrent ouverts à l’écoute des pays en développement, soulignant ainsi leur engagement à l’ONU, selon l’ambassadrice Linda Thomas Greenfield.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *